Je n'aime pas notre époque

vendredi, octobre 09, 2015

Un titre choc aujourd'hui, cela va sans dire!

C'est une réflexion qui me vient souvent à l'esprit ces derniers temps. Peut-être est-ce le temps gris qui me rend morose, ou simplement ma conscience qui s'ouvre à une réalité bien pesante.

Hé oui, un article coup de gueule aujourd'hui!

Je n'aime pas notre époque

J'ai longtemps réfléchi à la façon dont j'allais mettre mes idées en mots pour la rédaction de cet article. Je ne suis pas encore certaine de la formule choisie, alors allons simplement comme suit, tel un géant brainstorming.

Je n'aime pas cette époque de facilité. Cette époque du micro-onde, du prêt à manger, des magasins ouverts plus tard. Je n'aime pas vivre aux frais de la Chine, du Bangladesh, de l'Inde [pour ne nommer que ceux-là]. De commettre à distance des crimes écologiques et humanitaires. Oui c'est facile pointer du doigt les pays d'Asie et les accuser de pollution, mais s'ils sont en surproduction, c'est que quelqu'un, quelque part, les a sollicités! Ça n'est pas que le fardeau de la Chine de soigner son environnement, c'est un fardeau international selon moi. Et je déteste encore plus imposer ces conditions de vie exécrables à ces gens pour répondre aux lois du capitalisme où "J'achète donc je suis" règne en maître.

Je n'aime pas cette époque où l'argent dicte nos décisions et où chacun essaie de s'en mettre plein les poches sur le dos de son prochain. Où les scandales éclatent chaque jour. Où on ne peut plus faire confiance à son médecin dont le sideline est d'être représentant de compagnies pharmaceutiques. Je n'aime pas faire partie de ce monde où chaque sphère de la société comprend son lot de personnalités corrompues qui ne pensent qu'à l’appât du gain

Je n'aime pas ces techniques de marketing aux stratégies si grossières qu'on les voit venir à l'avance. Je n'aime pas faire partie du public cible, porter l'étiquette du consommateur moyen. 

Je déteste regarder le journal télévisé, car je sais que quelque part, quelqu'un, gère l'opinion publique. Je n'aime pas que les infos soient filtrées, remaniées avant d'arriver à moi. Je n'aime pas qu'on me cache les vrais problèmes et qu'on fasse scandale avec les kilos en trop de telle actrice! 

Je n'aime pas ces étals de pommes brillantes et bien rondes au supermarché. Je n'aime pas qu'on impose des standards improbables à la nature. Je m'emporte quand on parle de gaspillage alimentaire. 

Je pourrais me lamenter longtemps. Je n'aime pas notre époque. Cette ère où on nous éloigne des vrais enjeux. Où il est important de s'endetter pour être in, avoir le dernier joujou à la mode. Où on nous sature l'esprit de contraintes, où on nous impose qui on devrait être. 

Garde un peuple dans l'ignorance, il sera plus facile de le contrôler. C'est mon père qui dit ça. Je ne sais pas exactement d'où il l'a entendue. Mais je suis d'accord. 

Mon père n'a pas eu une grande éducation, c'est pourtant un homme très intelligent. Je suis fière qu'il m'ait légué son côté "autodidacte". Tout ce qu'il sait, il l'a appris ailleurs qu'à l'école. C'est un homme d'expériences, qui a tout appris de la vie. Je suis fière de lui ressembler. Et je suis fière d'être, comme lui, marginale. De ne pas me contenter des idées toutes faites. De contester ce qu'on voudrait que je prenne comme acquis. 

Heureusement, il reste de l'espoir

Tout n'est pas perdu.

Parmi les moutons blancs, il y a encore des moutons noirs qui décident de se rebeller!

J'aime les jardiniers urbains! J'aime Pinterest! J'aime l'accessibilité des Do It Yourself qui permettent de sauvegarder et partager un savoir qui serait perdu autrement. Quand on pense qu'on peut apprendre à tricoter grâce à Youtube, je trouve qu'on vit dans une époque fantastique! 

Alors que plusieurs savoirs ancestraux allaient de perdre au profit de la facilité et du tout fait en magasin, la technologie nous permet de les sauvegarder et les partager. Alors que notre génération pourrait s'enliser dans l'ignorance, le savoir continue à être diffusé. Il n'est peut-être plus légué de mère en fille ou de père en fils, mais son accessibilité le rend d'autant plus fort! On dit souvent de l'internet qu'il est le mal incarné, mais bien utilisé, je crois qu'il peut sauver notre époque! 

J'aime les blogs, qui permettent de partager expériences, tranches de vie, conseils. J'aime toutes les infos alternatives qu'on peut dénicher, qu'on parle de nouvelles internationales, d'un soin naturel ou d'une recette de lessive maison! J'aime que viennent à moi les recettes de grand-mère ou la meilleure technique de mise en conserve. J'aime connaître les enjeux de ma planète et participer à des pétitions de calibre mondial. J'adore cet éveil au minimalisme qui embrase le web. J'aime que de nombreux savoir qui étaient autrefois réservés à l'élite se démocratisent et deviennent accessibles de tous.

J'aime cette fierté que je ressens à vivre à contre courant. 

Mais plus que tout, j'aime mériter ce que j'ai. J'aime travailler dans mon potager pour manger mes légumes. Je suis fière de savoir coudre. Je suis heureuse de préparer de bons petits plats maisons qui nous nourrissent toute la semaine durant. Je suis fière lorsque je mérite ce que j'ai, car j'ai travaillé pour l'avoir. Je n'ai pas simplement déposé ma paie sur un comptoir, passé une carte sur un terminal et rajouté une couche à mes dettes. J'aime être indépendante, autonome, créer, user d'imagination et travailler de mes mains. 

Je suis fière d'être marginale, d'être un petit mouton noir à côté de la plaque. Et je suis fière d'avoir ce blog. Fière de pouvoir inspirer les autres, heureuse de vous partager mes petites joies, mes progrès. Et encore plus heureuse de pouvoir partager mon opinion! 

Le savoir c'est la liberté.

N'arrêtez jamais d'apprendre.

Autres articles...

2 commentaires

  1. Je ne suis pas aussi avancée que toi dans ce domaine, mais à mon petit niveau, j'ai pas mal changé mes habitudes : alimentaires, cosmétiques, d'hygiène, de vie de manière générale. Et honnêtement, je ne vais pas plus mal, au contraire :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Lorsqu'il s'agit de se sentir mieux et de vivre mieux, il n'y a aucune compétition. L'important c'est que tu te sentes bien avec ta façon de faire :) tant mieux si les changements apportés à tes habitudes t'ont satisfaite et te rendent heureuse!!

      Effacer